Archive | May, 2012

What is not happening in Lebanon

28 May

Syrian crisis spreads to Lebanon.

A common headline that one will see flourish in the coming days. As usual, it is difficult to know what exactly is happening in the country.

Anti- Assad “salafis” get arrested by security services while lured into recovering social care money

Sunni clerics suddenly forget to stop at army checkpoints and get killed

And shiites pilgrims get caught by Free Syrian Army in Syria while travelling from Iran in a bus.

And armed psychopaths goes amok against the army and throws grenades from their balconies in the middle of the night over a girlfriend dispute…

Of primary importance is to understand, state, underline, highlight, precise, or describe any origin, religion, nationality or ethnic background of any of the people involved. So we can gather a picture of a very messy Lebanon on the brink of Civil War (again) and composed of plenty of sects fighting each other for God knows what.

Thus, it becomes nearly impossible to understand what is happening in Lebanon. But one can try to think around what is not happening.

First there is no “Syrian crisis hitting Lebanon”.

It is not a crisis, it is a revolution and, unless this very fact is acknowledged, current Syria will remain out of any comprehensive sight. Revolution has specific dynamic and logic and it is impossible to understand what happens if it is thought as a crisis. Crisis have solving. One can solve a crisis, no one can “solve” a revolution. Crisis have blurred origins, it comes from undefined multiple causes while revolutions all share the same grounds. A crisis is located in a specific region of the globe it can be local or regional crisis, while a revolution has a continental or world wide consequences.

What happens in Syria is not a crisis and what happens in Lebanon is not a revolution. Therefore, the two are not as connected as one may think.

Let’s go further from that point: It is not Syria hitting Lebanon, it is Lebanon hitting Syria.

Lebanese political leaders have decided to take sides. March 14 pretending to help the Syrian revolution and March 8 pretending to defend Bachar al Assad’s Syria. Lebanese political leaders have thus decided to clash over Syria rather than clashing over political Lebanese issue. It helps them to avoid addressing real Lebanese issues such as Hezbollah weapons to integrate in national defence strategy, civil state, legitimacy of politicians based on outdated confessionalism or more day to day issues such as lack of internet, lack of electricity, lack of public transport, lack of water, migrant workers slavery or widespread corruption.

Taking sides on Syrian revolution is a useful trick for Lebanese politicians to avoid doing Lebanese politics. March 14 leaders have taken firm stance against Bachar al Assad and desperately try to describe the 14 march 2005 as the inspiration and true origin of the “Arab Spring”. Truth is, when asked, activists in Tunisia or Tahrir square have no idea who Hariri is…

Nevertheless, March 14 leaders need to do that because the political alliance, formed after the popular demonstration that ended Syrian presence in Lebanon in 2005, has not inspired anything truly meaningful since that date. They lack legitimacy and also they lack a real political stance now they are in the opposition. In other words: March 14 does not know how to oppose against March 8 and tries to divert by siding with Syrian revolution.

March 8 siding with Assad also shows political weakness and lack of vision for the country. March 8 still does not believe they can be accepted as a real political force without the help of the Syria. They don’t believe they can survive without Assad and still think their fate is tied to his. Ultimately, March 8 show that they have not realised the reality of their legitimacy, they don’t trust their government to do better job than the previous one and they don’t trust Lebanese to be able to judge them based on that fact.

They also do not want to think what is going to change in the Middle East and how to adapt to new challenges. By defending Assad, they reveal a vision where Lebanon remains a small piece in a wider neocolonial game: Russia and China playing Shias through Iran, replacing US who played Sunnis through Saudi Arabia or France who played Christians etc. They show they are unable to understand “majority” and minority” in a normal political democratic way but only with confessions attached to it: sunni majority, alawi minority, etc. In a new revolutionary middle east it is about politics, not about minorities.

This is not sectarian clashes.

Clashes in Lebanon are between armed militias or militants belonging to political movements. They can have a confessional taint since these very political movements are based on confessionalism but this is not sectarian clashes in its essence. All sunnis in Lebanon are not for Syrian revolution and all Alawis or shias in Lebanon are not siding with Assad. Christian are divided, propaganda and conspiracy runs everywhere and even anti-assad hearts can wish that Assad ultimately wins and brings back “stability” through dictatorship is the best solution.

Despite these truth, Media continues to present what happens in Lebanon as confessional clashes. It becomes very difficult for them and readers to understand why confessional sunnis would clash with other confessional sunnis in Tarek el Jdeideh as all sunnis are supposed to be united against Assad the Alawi.

Ultimately, Lebanon is Assad’s dream: a country where sectarian divisions is the reality he wants for Syria. Transforming the Syrian revolution into the Lebanese civil war is exactly what Assad would like, thinking he will regain his country by solving a sectarian civil war as Syria did with Lebanese civil war.

Syrian opposition knows that and their game is precisely to avoid that as much as they can. If Syria turns into Lebanese civil war, they loose and they know that. And because they do not want to loose, they do not want Syria to become sectarian civil war. A Lebanon falling into sectarian civil war would serve as a reference for Assad to introduce civil war in his country. Assad does not want Syria civil war in Lebanon, he wants Lebanon civil war in Syria.

He is not alone: any political or religious leader seeking to tie a particular community to a side of the Syrian revolution is playing this game. Salafi leaders claiming Sunnis have to support Syrian revolution, religious figures calling to Shias to defend Assad or stupid political analysts declaring that all alawis in the country are supporting Assad because he is himself an alawi.

Assad can play sectarian divisions in Lebanon and he probably does through secrete and hidden channels. But his direct implication is probably much lower than one thinks. Sectarian demonstrations in favour of the Syrian revolution also plays Assad game and harm the revolution. Truth is, leaders organising Sectarian demo in favour of the Syrian revolution could not care less about the Syrian revolution. They do not understand that the very stake of the revolution is to avoid sectarian divisions and to unit the country against the dictator.

That leads to a very Lebanese paradox: Salafis and sunni leaders are in effect harming the Syrian revolution by creating sectarian tensions and Hezbollah is in effect protecting the Syrian revolution by avoiding to play that game.

There is no pro versus anti-syrian in Lebanon

This paradox helps to reveal another truth: there is no “pro-Syrian” versus “anti-Syrian” in Lebanon. Currently, neither Bachar al Assad nor Syrian revolution can claim to be “Syria” and the country is experiencing revolutionary process. Attributing “anti” or “pro” Syrian stance is therefore irrelevant as no one know what is Syria any more. March 14 leader Saad Hariri would not be anywhere without the sweat of the very Syrian migrant workers who built his concrete real estate power.

The division between “pro-syrian” and “anti-syrian” is used to hide the reality of the political game in Lebanon and to deny democracy to the country. Instead of political stance, programs, ideas or projects, everything is put under the giant carpet of “pro vs anti-syrian”. March 8 is pro-Syrian, march 14 is anti-Syrian and anti-Syrian are March 14 and pro-Syrian are march 8. With that trick, politician can avoid to take real political stance (left / right – majority / opposition). But ultimately, pro-Syrian vs anti-Syrian is purely and strictly Lebanese thing that has nothing to do with Syria. Because the Syrian revolution is more and more revealing that trick, Lebanese politicians, especially March 14, start to be afraid for their legitimacy and resort to the sectarian factor: Sunnis are against Assad and side with March 14 and any sunni who disagrees is a traitor and has to be expelled from Sunni neighbourhoods (such as Tarek el Jadeedeh).

There is no civil war in Lebanon.

A civil war in Lebanon needs civilians willing to fight against each other and the country lacks this basic elements necessary for a civil war to happen.

But because there is a will from media and politician alike to imprison Lebanon in its past, anything happening in the country is considered the sign of a new coming civil war. A never ending 1975. So now  Syria is under the spotlight, headline reads: Violence in Syria may trigger a new civil war in Lebanon,

The dangerous game in Lebanon is about who is going to not start the civil war. First party to start the civil war has lost. If one party is more clever and rational than the other, civil war won’t happen. And the last speech from Nasrallah calling against violence or road blocking and for calm to prevail is indeed a very clever and rational move proving that if Hezbollah does not wants a war, no war can really happen.

Civil war in Lebanon is not as useful as the fear of civil war in Lebanon. Fear is a very useful tool to rule a country and keep people quiet. It is convenient to avoid a revolution. It is useful to prevent people from calling against corruption or to complain about lack of electricity, water, public services or prices. It is also a useful tool to retaliate. If, for instance, UAE, Kuwait and Qatar wanted to punish Mikati prime minister and 8march government they could try to destroy the tourist summer season. They could do so by advising their rich citizens not to travel to the country using the “fear of civil war”.

The fear of Lebanese civil war, a very useful tool indeed…

Claude Imbert et la révolution Haram

27 May

On peut prendre cette magnifique chronique de Claude Imbert afin de démonter certains mythes délirant sur la révolution arabe et d’expliquer un peu ce qu’ils servent.

Claude Imbert se pique d’analyses bien réactionnaires de la révolution arabe. après la « démocratie halal » voici le dernier en date :

Damas: brûlot islamique

En bon réactionnaire, Claude Imbert doit démontrer la nocivité de la révolution, son inconséquence, les dangers des lendemains qui déchantent. Problème en contexte : quand on fait ça on se retrouve dans les alternatives coloniales, racistes ou sanguinaires de la répression. On verra dans cette analyse le processus qui pousse la pensée réactionnaire et identitaire à essayer de noyer la révolution arabe. Si le monde arabe accède à la démocratie, cela ruine complètement l’idée que la démocratie appartient à l’identité de la « civilisation occidentale » dont ont besoin les courants identitaires

Ca commence dès le premier paragraphe avec la « tragédie syrienne » qui provoque le « grand remue-ménage arabo-musulman ».

Tragédie est déjà significatif : on est spectateur d’une tragédie qui se terminera mal de toute façon, c’est une tragédie. Le remue-ménage évoque une idée assez l’idée raciste: le remue-ménage, le bordel, le souk, le bazar, le chaos inhérent à toute société arabe, inscrite dans ses gènes et dans les gênes du moyen-orient. Ce n’est pas une révolution c’est un désordre et quelqu’un va devoir ranger après.

Puis, Bachar al Assad est donné comme : « le dernier domino d’une chute en cascade de despotes arabes, de Ben Ali à Moubarak et Kadhafi. »

Enfin ! Ca commence à bien faire ces arabes qui se mettent à mettre par terre leur despotes, il faut que la chaîne se termine et Bachar al Assad apparemment est le dernier domino. Bahrein, Algérie, Maroc, Jordanie, Oman, Koweit, Emirats, Qatar, Arabie Seoudite, Liban, Palestine… aucune chance. Tunisie, Egypte, Yémen, Libye : circulez y’a plus rien à voir. La révolution doit finir et Bachar est le dernier domino.

L’idée de Domino, en apparence anodine est aussi assez malsaine. Comme dit Jean-Pierre Filiu qui lui consacre une de ses 10 lecons sur la révolution arabe, ce n’est pas une partie de dominos et la chute des dictateur ne va pas de soi.

L’idée de domino donne aussi à penser que c’était facile : on en pousse un les autres tombent en cascade. Or les révolutions et ceux qui les ont faites se sont battus comme des acharnés pour en arriver à ce résultat. Ils sont morts, en Tunisie, en Egypte, au Yémen et meurent encore en Syrie, ils ont créés des mouvements politiques, scandé des slogans, mené des luttes, se sont battus avec les forces de sécurité se sont fait arrêter et torturer. Ce ne sont pas des dominos mais des dictateurs très puissants avec la mainmise sur leur pays depuis des décennies et aucun n’est tombé facilement en soufflant un peu dessus. Parler de domino c’est aussi réduire à presque rien l’énergie et la force de la révolution et donc faire accepter plus facilement l’idée que cette révolution va rater et sera récupérée par les islamistes.

« Mais, derrière la guerre civile rampante, se profile en filigrane la recomposition de tout le Moyen-Orient. »

La recomposition du Moyen-Orient est une idée exclusivement coloniale. C’était le rêve éveillé des néoconservateurs américains. C’est aussi la suite logique de la « composition » du moyen-Orient initial, c’est à dire la colonisation de la région. La recomposition suppose évidemment d’être le fait de puissance étrangère coloniales ou néo-coloniales. Pas de « libération » du moyen-Orient, ni d’indépendance ni d’émancipation mais une recomposition. Suivent donc les enjeux de cette recomposition : des intérêts et des jeux de puissances d’ensemble géopolitiques.

Comme toute « recomposition du moyen-orient » : on prend une carte de la région et on commence à colorier.

C’est ce que fait Imbert :

« Un vaste conflit la domine [la recomposition du moyen-orient]: celui qui s’envenime entre les deux grands courants islamiques. D’un côté, l’ensemble sunnite et son “printemps arabe” qui consacre l’entrisme politique de l’islam. Il a pour chef de file l’Arabie saoudite et le Qatar. De l’autre côté, l’ensemble chiite que manipule, à Téhéran, la théocratie perse avec ses sicaires arabes en Irak, dans le Hezbollah libanais et son alliance damascène. C’est tétanisées par cette vision que les grandes puissances surveillent la tragédie syrienne. L’oeil regarde Damas mais les pensées se perdent dans une pelote de fils enchevêtrés que démêlent peu à peu les fidèles séparés d’Allah. »

Ici dans un seul paragraphe on a beaucoup de chose. D’abord le champs lexical particulier: le conflit qui « s’envenime » entre deux serpents. Un bloc pratique « l’entrisme » et l’autre « manipule ». Le mot « Sicaire » aussi est très violent et renvoi à une tradition antique de traîtrise terroriste moyen-orientale. Les « grande puissances » (sans autre précision simplement qu’elles sont grandes) sont « tétanisées » infectées de tétanos, paralysées par le venin des deux serpents qui ont paralysées leur proies pou mieux les dévorer. Pour finir, c’est une « pelote de fils » qui se démêle : pas de grands intérêts, pas de nécessité impérieuse, pas d’enjeux vraiment intéressant dans ces arabes divisés (en deux), juste une simple pelote de fil qui se démêle : pourquoi perdre son temps et énergie avec ces gens traîtres et venimeux alors qu’au fond on pourrait regarder ces petits chatons de loin… La fin du paragprahe sur « les fidèles spéarés d’Allah » permet un doux glissement par synonyme entre islamistes théocratique et fidèles d’Allah. Le mot Allah aussi permet un stricte séparation entre les religions en appelant « leur » Dieu d’un nom différent de celui des chrétiens.

Sur le fond maintenant : le moyen-Orient est divisé en deux : chiites et sunnites. Il n’y a pas de bien et de mal, les deux sont également mauvais : Islamisme sunnite et islamisme chiite mais islamisme dans tous les cas. La vision est purement géopolitique : des capitales et des pays sont individualisée et on les place comme aux échecs. Imbert trace deux gros ronds sur la carte et il colorie au milieu : un vert pour les chiites, un vert un peu différent pour les sunnites. Après on peut jouer aux échecs : ici « le printemps arabe » est pris comme une des pièces du jeu sunnite, Hezbollah et « sicaires » sont des pièces du jeu chiite. En fait c’est le vieux jeu colonial simplement joué par d’autres. Anglais et Français y ont joué avec les mandats ; URSS et USA se sont fait une partie durant la guerre froide et désormais la partie est reprise par Arabie Saoudite et Iran.

Sur le fond subliminal on voit aussi que certaines analyses sont imposées comme ça sans aucune explication ni argumentation ni référence aucune. Ainsi :

  • Le printemps arabe est exclusivement sunnite et consacre l’entrisme politique de l’islamisme
  • Le Qatar, l’Arabie Saoudite et Téhéran sont les nouveaux maîtres du moyen-orient (qui a besoin de maîtres)
  • Le Moyen-Orient est divisé en deux superpuissances religieuses (pas de mouvement politique, de droit, de citoyen, de libre arbitre, de courant artistique, de conscience nationale…)

Le paragraphe se termine sur « les fidèles séparés d’Allah », qui, en effectuant une séparation bien nette entre leur religion et la « notre » permet d’introduire le paragraphe suivant :

« De même qu’au XVIe siècle la religion réformée et la catholique imposèrent à notre Europe leurs partages conflictuels, de même les deux grands courants de l’islam imposent, peu à peu, à l’univers arabo-musulman leurs aires prosélytes. »

Le passage est en gras et sous tend deux idées : d’abord l’inévitable « différence des civilisations »: l’une serait chrétienne avec une histoire chrétienne et l’autre musulmane… avec une histoire islamiste. Ensuite une évolution parallèle mais différée : ce qui se passe là bas est ce qui s’est passé ici, chaque « civilisation » devant suivre des chemins parallèles sans se croiser, sans se mêler.

La référence au XVIeme siècle indique évidemment que « ces gens là » ont 5 siècles de retards sur « nous ».

Enfin on note aussi un beau et bien nauséabond « notre europe » qui donc appartient à un « nous » indéfinie mais qui s’oppose inévitablement à l’arabo-musulman, donc qui doit ressembler à quelque chose de blanc et de chrétien. L’association « notre » et « europe » réapparait pas moins de trois fois dans le texte. L’idée c’est évidemment de rappeler que toute les civilisations ne se valent pas

Claude Imbert continue ensuite sur son développement : le moyen-Orient c’est chiites contre sunnites et le printemps arabe c’est une révolte sunnite. La nocivité de ce raisonnement arrive assez vite dans ce paragraphe :

«  Autour d’El-Assad, les alaouites sont le dos au mur, assurés qu’une défaite les livrerait au massacre. Une conviction que partagent les chrétiens de Syrie et ceux du Liban voisin, la plus forte communauté chrétienne du Moyen-Orient.

Voici donc une dictature abhorrée mais que soutiennent, bon gré mal gré, des communautés – chrétienne, druze, kurde – qui redoutent le pire de la révolte sunnite. Et de son slogan : “Les alaouites dans la tombe et les chrétiens à Beyrouth…” »

Cette suite est naturelle car on est obligé d’arriver au même raisonnement qu’Imbert lorsqu’on suit cette logique purement sectaire : les alaouites (tous sans exception) sont avec Assad qui est aussi Alaouite et les minorités chrétiennes, Druzes et Kurdes le soutienne aussi car elles craignent l’hégémonie sunnite qui sera l’avènement de la révolte sunnite. Et voilà consacré le pilier de la propagande du régime d’Assad : la protection des minorités contre la révolte sunnite des agents étrangers saoudiens quataris et Al Quaeda.

Assad se fiche éperdument des minorités et ne protège que lui même mais l’un des pilier essentiels de sa propagande et celui qui marche le mieux est de déclarer que la révolution sera un bain de sang pour les minorités et que cette révolution est l’oeuvre de groupes armés par le Qatar et Arabie Séoudites qui utilisent les sunnites. Tout l’enjeu d’une contre révolution est d’accréditer l’idée que le changement sera pire que ce qui précédait, c’est cette idée et elle seule qui peut faire échouer une révolution et Bachar met donc toutes ses forces dessus. Ce qui est amusant c’est que Claude Imbert veuille absolument lui donner un coup de main…

Et comme si on n’avait pas assez bien compris à quel point la révolution était dangereuse et nocive (et sunnite), Claude Imbert lui attribue d’office « son » slogan fachiste et menaçant : “Les alaouites dans la tombe et les chrétiens à Beyrouth…”.

Mais quel intérêt pour Claude Imbert de vouloir briser la révolution Syrienne et soutenir la propagande de Bachar al Assad ?

En fait, ce n’est pas par cynisme ou manque d’humanité, c’est simplement parce que Imbert, comme beaucoup, est soumis entièrement à une vision coloniale et à un raisonnement de civilisations et que ce raisonnement ne peut pas mener ailleurs qu’à soutenir Assad…

Dans ce raisonnement les puissances jouent aux échecs au moyen-orient, l’humanité est divisé en grands espaces géopolitiques et, in fine, il n’y a pas de révolution possible au moyen-Orient mais simplement une évolution négative de cette civilisation arabo-musulmanne. Il faut empêcher cette évolution négative vers l’islamisme en entravant son développement par la force coloniale ou néo-coloniale. En clair, soutenir un dictateur « laique » ou ouvrer pour empêcher ou retenir l’évolution naturelle de l’arabo-musulman vers la théocratie islamiste.

C’est ainsi qu’Imbert finit son article. Après un petit paragraphe passé à se fantasmer en espion expert analyste des implications néo-coloniales de la région, Imbert conclu :

« Pour nous, Européens, la tragédie syrienne n’est pas si lointaine qu’on croit. Elle nous administre cette évidence : sur notre Europe pèsera bientôt l’avenir islamique du “printemps arabe”. Et celui d’un proche – très proche – Orient ! »

Comme originalité et innovation d’Imbert on notera l’utilisation du terme « proche-orient » servant à placer l’idée du rapprochement de la menace islamiste. Imbert annonce la fin du cycle orientaliste : l’établissement des définitions orientalistes de « orient ; moyen-orient ; proche-orient » qui a servi à la domination coloniale sert désormais à la peur du musulman et au repli sur soi identitaire « nous européens / très proche-orient islamiste » qui veut nous envahir. Entre « eux-islamistes» et « nous -europe » il y a une frontière culturelle insurmontable : à eux la dictature et l’islamisme obligatoire, à nous la liberté et la démocratie intrinsèque.

Et donc on peut retrouver le très classique : il vaut mieux un dictateur « laïque » que l’islamisme d’Al Quaeda.

Le problème est que cette vision est précisément le pilier sur lequel reposaient les dictatures qui ont usé et abusé de l’argument pour se maintenir au pouvoir. Toute résurgence de ce mythe est en fait une résurgence de l’ancien régime. Ce sont ces dictatures et ce mythe précisément que combat et détruit la révolution arabe. L’enjeu de la révolution est justement de détruire la dictature et son mythe fondateur avec. Pour maintenir ce mythe vivace, et, avec lui, pouvoir amener l’idée de « notre europe » Claude Imbert est donc obligé de légitimer Assad et ses comparses, en détruisant l’idée de la révolution, en affrimant l’islamisme comme la suite logique de la fin des dictateurs, en affirmant que la révolution est l’émanation des puissances sunnites cherchant à déstabiliser la syrie en raison de son alliance avec « l’arc chiite »

On ne peut pas reprocher à Claude Imbert d’être réactionnaire, c’est son droit le plus stricte. Mais être réactionnaire à l’époque de la révolution arabe, c’est être dans le camps d’Assad et de Kadhafi et d’accepter que les morts et les tortures soient moins effrayante que la peur du changement et moins importante que l’invention réactionnaire de « notre » identité européenne.

Pour pouvoir simplement écrire « notre europe », Claude Imbert et ses amis auront besoin que la révolution arabe finisse dans le sang de la répression, dans l’oppression théocratique, dans le massacre interconfessionnel ou dans la domination coloniale. Si « les arabo-musulman » accèdent à la liberté et la démocratie « nous » perdons notre identité chrétienne d’occident démocratique : tel est l’enjeu des visions réactionnaires de la révolution arabe.

Sur une idée de Slavoj Zizek appliquée à la lutte contre le terrorisme

18 May

Une idée de Slavoj Zizek : de la nécessité de renverser le processus d’exception.

Dans « vivre la fin des temps » Zizek prend l’universalité concrète de Hegel pour renverser le processus d’exception. Les États et sociétés ont élaborés des lois générales et des principes moraux ou humains érigés en absolus puis ensuite élaborés toutes les listes d’exceptions et des cas dans lesquels ces principes et lois peuvent ne pas s’appliquer.

Il prend pour illustrer cette histoire l’exemple d’un talmudiste confronté à la parole divine qui autorise la peine de mort. Le talmudiste prend alors la parole divine comme un lapsus de Dieu, une petite erreur qu’il convient d’accepter mais en listant toute une série d’exception qui interdisent la peine de mort la rendant en théorie juste mais en pratique inapplicable.

« la beauté du procédé est qu’il inverse le tour de passe passe habituel consistant à interdire une chose en principe (la torture par exemple) avant d’introduire assez de restriction (« sauf dans des circonstance extrême sécifiées ») pour garantir sa réalisation chaque fois que le besoin s’en fait vraiment sentir. C’est donc soit « en principe oui mais en pratique jamais », soit « en principe non mais lorsque ‘exige des circonstances exceptionelles, oui. » (Slavoj Zizek, vivre la fin des temps)

Ce renversement permet à Zizek de retrouver le caractère immérité et injuste de la peine capitale dans chaque cas particulier où l’on prétend l’appliquer.

Ce « tour de passe passe » comme l’appelle Zizek est un point crucial du débat sur la torture en particulier et tous le terrorisme en général.
D’un point de vue de principe, la torture est interdite mais, dans le cas du terrorisme, on peut sous certains conditions.

La tarte à la crème élaborée par les partisans de la torture comme moyen de lutte contre le terrorisme est le fameux « time-ticking bomb terrorist scenario » : vous détenez un terroriste qui a placé une bombe qui explosera à l’heure H et seul le terroriste sait ou elle se trouve. Question (rhétorique) : autorisez vous exceptionnellement la torture d’un homme pour sauver des centaines d’innocents ?»

Si on renverse le processus comme le fait Zizek, on se retrouve avec un principe général qui autoriserait la torture comme moyen légitime mais qui forcerait à examiner les cas dans lesquels cette torture est inapplicable, injuste ou inutile en pratique.

On se retrouve avec un « ticking bomb terrorist scenario » qui se termine par « vous avez le droit en principe de torturer cet homme, pensez vous que cette torture peut sauver des centaines de vies ? ».

En abolissant l’interdiction de principe de la torture et en renversant l’exception et la règle, on se retrouve avec, en fait, la façon dont le débat doit être posé à l’origine : en quoi la torture est-elle utile ?

On se retrouve à répondre à cette question avec des débats, des réponses et des questionnements qui vont tous venir invalider la torture en pratique ou en tout cas sérieusement la remettre en question :

  • La torture est elle le seul moyen d’obtenir des informations ?
    (non)
  • Est-elle le moyen le plus rapide ?
    (ça dépend du bourreau, de la victime, des moyens employés par rapport à la capacité de résistance de la victime…)
  • Dès lors, et combinant les deux questions : y a-t-il des moyens plus rapides ?
  • Les informations qu’on obtient sont-elles fiables ?
    (il est impossible de savoir avec certitude si un torturé ment ou dit la vérité. Le seul moyen de savoir est de confirmer l’information à l’aide d’une autre source rendant de facto la torture inutile si elle n’est pas accompagnée de non-torture ou de plus de torture. La torture d’un seul homme en pratique impossible : soit aucun soit plusieurs…)
  • Quelle conséquences de l’emploi de la torture comme moyen de sauver des vies innocentes ?
    (la conséquence est inévitablement une dé-légitimation de l’état et du pouvoir qui emploi une force antidémocratique pour répondre à une menace antidémocratique. Cette dé-légitimation était précisément le but initial du terroriste au moment de poser sa bombe. Lorsque l’état torture, il accède donc à la demande du terroriste de se dé-légitimer, faisant de la torture une simple forme de négociation violente entre l’état et le terroriste : on paye en démocratie, en légitimité et en droit de l’homme ce qu’on aurait payé en argent par exemple dans une autre forme de négociation)

La torture ainsi privé de son caractère exceptionnelle et réduite à ses effets réels est considérablement moins défendable que comme exception « réaliste » à un principe « droit-de-l’hommiste »

Comme exception elle devenait la force, le réalisme, la nécessité par rapport à un beau principe « idéaliste » inapplicable en pratique (comprendre : les bobos couilles molles qui refusent la torture sont bien gentils mais leur principe ne tient pas face à la dure réalité de la vie)
La torture faite principe, le débat est inversé et ce sont les partisans de la torture qui sont sur la défensive : très beau principe d’imaginer que la torture d’un homme peut sauver des vies innocentes mais qui ne tient pas une seconde face à la cruelle complexité de l’être humain.

On peut étendre cet outil de renversement de la règle à de nombreuses questions de sécurité, thème sur lequel la droite a réussis à imposer le présupposé de l’efficacité de ses solutions d’exception confronté au présupposé de l’inefficace, impossible ou irréaliste principe général. Les droits de l’homme sont un beau principe mais la torture est parfois nécessaire ; Le respect de la vie privée doit être la règle mais dans certains cas on a besoin de vidéo-surveillance ; La liberté des citoyens est l’idéal mais la lutte contre le terrorisme impose de parfois les restreindre etc.

Cela permet d’occulter sur le fond tout débat sur combien la torture est inefficace, la vidéo-surveillance profondément inutile ou l’inconséquence de la réduction des libertés comme outil de lutte contre le terrorisme.

Welcome Free cows

17 May

Hi everyone, this is my new blog. To know a bit about who I am, you can go check on this page

This blog is called free cow but has nothing to do with cows per say, much more about freedom. Here, the cow serves as a symbolic state of mind purity that could be used for freedom.

As a specialist of International relations, terrorism war, intelligence and the Arab World, I will blog about that and, of course, the current ongoing revolution in the Arab World

This blog is also the opportunity to list all my publications all around the web on a single platform.

Here are the articles in French

And soon will be the list of articles in English

“Free cow” because I believe all humans should seek inspirations into cow’s eyes. The word “free” does not need further explanation